• [Page 394] Le fandom Harry Potter: où en sommes nous?

    Dans cette nouvelle chronique "Page 394", je m'attarde sur le fandom Harry Potter depuis l'année dernière. Qu'a-t-il été fait, que reste-t-il à faire? Le fandom a-t-il survécu?

    Cet été, nous fêtions la première année passée après la sortie du tout dernier film Harry Potter et les Reliques de la Mort: Partie 2. L'avant première à Londres avait rassemblé des milliers de fans sur place ou via le live Internet. Un évènement resté gravé dans nos mémoires et dont certains passages sont devenus des références potteriennes... On se souvient notamment de ce qu'avait dit J.K. Rowling "Une histoire ne vit pas à moins que quelqu'un ne veuille l'écouter. Les histoires que nous aimons le plus vivent en nous pour toujours. Alors peu importe que vous y venez par la page ou par l'écran, Poudlard sera toujours là pour vous accueillir à la maison". Un évènement grandiose, pour clore l'épopée cinématographique potterienne. La presse présentait la chose comme la clôture d'un phénomène culturel et qu'il fallait maintenant passer à autre chose. Que neni ! Cet évènement sonne une étape du fandom potterien.

    Cependant, nous aussi les fans, nous nous posions la question combien de temps la pottermania va-t-elle continuer de vivre? Un an après la sortie du dernier film, où en sommes nous?

    On se doutait bien que les « officiels » - J.K. Rowling et surtout Warner Bros – n'abandonneraient pas facilement le trésor commercial qu'est Harry Potter. Warner Bros ne lâche pas la poule aux œufs d'or (ou phénix aux œufs d'or, à vous de voir) et ouvre au public les Studios Leavesden reconvertis en musée. Mentionnons aussi le parc d'attractions sur le thème Harry Potter en Floride et le projet de construction de plusieurs autres parcs de même nature. Il était moins évident d'imaginer comment Rowling aurait pu continuer à exploiter Harry Potter. Après divers "Je ne dis jamais non quant à la publication d'un nouvel Harry Potter" (lors d'une émission chez Oprah Winfrey ou encore lors de la première du dernier film à Londres), l'auteure annonce, à la surprise générale, que finalement, l'encyclopédie promise depuis longtemps n'est pas dans ses projets. J.K. Rowling annonce entre temps la formule magique qui va faire lui permettre de faire perdurer la magie : « Pottermore ». D'autres éléments viennent s'y greffer : les Wonderbooks et les e-books. L'idée étant de partager des informations supplémentaires sur le monde magique.

    Harry Potter, un succès littéraire... mais surtout commercial. De ce côté là, la pottermania à beaucoup à donner... aux grandes franchises.  Mais attention, ne blâmons pas trop vite Rowling et Warner Bros. Ceux-ci, par leur couverture médiatique, arrivent à attirer l'attention sur le phénomène potterien, même après la sortie du dernier film, assurant ainsi la survie commerciale de Harry Potter mais aussi participant à la survie du fandom. [Note: fandom, néologisme constitué de fan et de -dom comme dans 'kingdom', royaume en français, le terme fandom fait référence à l'ensemble des fans, de leurs faits, de leurs dires...]

    Les fans de leur côté ont très bien vécu la fin de la saga au cinéma et ont redoublé d'efforts et d'imagination pour faire durer la magie encore un peu (même plus qu'un peu) - j'avoue que je suis moi-même assez surpris, m'attendant à une fin rapide du phénomène! Peut-être plus qu'auparavant, les fans ressentent le besoin de se rassembler. Celà s'observe sur les réseaux sociaux: certaines pages facebook comptent des milliers de 'likes' et les tendances sur twitter voient de temps en temps un hommage à la saga. L'apparition des termes "potterhead" ou "potterhead family" montre encore un fois la recherche de l'unité du fandom. On peut aussi citer la création du Réseau Potterien Francophone qui uni depuis le début de l'année sur la toile les meilleurs sites Harry Potter. Aux Etats-Unis, les conventions Harry Potter connaissent un succès fulgurant, en témoigne la récente annonce de Leaky Con qui, pour son édition 2013, prendra place aux Etats-Unis et en Angleterre!

    Le muggle quidditch, jusqu'à très récemment joué presque exclusivement aux Etats-Unis, a connu une impressionnante ascension en Europe (et en Asie). La fin de Harry Potter semble avoir motivé les fans français à construire des équipes à Paris, Nantes, Toulouse puis un peu partout en France, jusqu'à l'ouverture d'une antenne européenne de l'Association Internationale de Quidditch et l'organisation de qualification à la Coupe du Monde en France.

    Je le disais plus haut, les fans font preuve d'imagination pour faire vivre la magie. Des potterfictions continuent d'être écrites, des fanarts sont toujours réalisés, et, phénomène nouveau et qui plaît beaucoup, des web-séries, qui exploitent l'univers de J.K. Rowling sous forme de courtes séries d'épisodes, fleurissent sur le web.

    La pottermania n'est donc pas morte et continue d'attirer les regards. Elle s'élargit très certainement, et se divise un peu, tout en restant l'un des fandoms les plus vastes et les plus soudés (nous, on a pas de « Team Ginny » et « Team Hermione » haha!). Trêve de superlatifs, j'explique ce paradoxe: le muggle quidditch, sous la bannière fédératrice de l'International Quidditch Association, constitue presque une communauté de fans à part entière avec ses membres, ses événements et ses références. Notons que certains joueurs n'ont même pas lu les livres Harry Potter ou encore n'aiment pas particulièrement la saga.
    Autre exemple avec les fans de la Team Starkid (même si celle-ci n'a pas uniquement parodié Harry Potter). Sa communauté de fans a ses références, ses figures, tout en ayant des des liens avec la pottermania.
    Enfin dernier exemple : le wizard rock. Peu répandu en France, il l'est surtout en territoire américain et britannique, les fans du wizard rock suivent avidement l'actualité de leurs groupes préférés et assistent à des événements 100% wrock... Cet aspect de la pottermania est cependant en déclin. Les groupes devant la difficulté de se faire une place durable touchent à d'autres fandoms pour diversifier leur public et éviter de tourner en rond. Le mouvement n'est cependant pas mort et continue de se faire entendre. La preuve avec Harry and the Potters, le groupe phare du mouvement et sa dernière tournée aux Etats-Unis qui a été un véritable succès.

    Quoi qu'on ait pu dire, les fans sont toujours là. Et ils semblent ne pas vouloir bouger pour un moment. On observe un retour aux livres, le site américain Mugglenet en est peut être à l'origine avec son podcast Alohomora qui reprend les chapitres un par un, en France, la Gazette du Sorcier propose un nouveau Marathon et J.K. Rowling elle même annonce un club de lecture pour les fans américains.

    Mais qu'en est-il dans un futur plus lointain? Après Pottermore,  Rowling passera sûrement à autre chose. Elle publie en septembre dernier son nouveau roman "Une Place A Prendre". Un roman à mille lieues de Harry Potter (lisez ma critique du livre ici). Warner Bros avec son parc et son musée a encore de quoi vivre de Harry Potter. Les fans ont construit de leur côté les bases solides d'un fandom qui promet, au même titre que les fandoms de Star Wars ou Le Seigneur des Anneaux, de durer... Au moins jusqu'à la prochaine génération de lecteurs qui n'auront qu'à reprendre le tout !

    Quelles sont vos observations sur le sujet? Qu'attendez-vous de nouveau dans le fandom Harry Potter? N'hésitez pas à partager vos avis sur notre forum!
    Je vous invite à lire sur le même sujet, les articles de La Gazette du Sorcier et de MuggleNet (en anglais).

    Par Nimbus


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :