• [Page 394] Le druide, le vrai-faux sorcier celte

    Pour ce nouveau numéro de ma chronique Page 394, je fais un peu d'histoire et vais tenter de vous présenter ce personnage que nous pensons bien connaître, le sorcier celte: le druide. Un personnage qui imprègne l'oeuvre de J.K. Rowling: fabricants de baguette magique, leur savoir faire aurait perduré à travers Ollivanders... Mais Albus Dumbledore lui-même ne partage-t-il pas quelques traîts avec ces sorciers écossais, irlandais et bretons?

    Alors que nos confrères d'Obscurus Presse dédient la Une du Sorcier du Soir aux druides d'hier et d'aujourd'hui (et se posent la question de l'enseignement du duidisme dans les écoles de sorcellerie), Poudlard Mag vous propose aujourd'hui de revenir sur le "mythe" du druide cueilleur de gui.

    Lorsque l'on évoque ce personnage, le druide, l'image qui nous vient tout de suite à l'esprit, c'est Panoramix. Le druide d'Uderzo et de Goscinni, apparu pour la première fois dans Astérix le Gaulois en 1959, est le druide type de l'imaginaire gaulois... Pardon, de l'imaginaire français.

    Si l'on s'en tient à cette image, le druide est un vieux sorcier celte, qui connaît les secrets de la forêt et protège le village par ses potions.

    Cette image qui nous accompagne tous depuis notre enfance est en réalité un héritage de la IIIème République Française. Au XIXème siècle, la France agrandit son empire colonial et, en même temps, voit son territoire amputé de l'Alsace et de la Moselle lors de la guerre Franco-Prusse de 1870 - un vrai traumatisme.
    De ces deux phénomènes qui exacerbent le nationalisme, naît le besoin de marquer un héritage historique, de flatter l'identité nationale avec un héro national: le Gaulois, ancêtre direct des Français, qui justifiera la "mission civilisatrice" de la colonisation. Une logique chère à Jules Ferry, qui imposera dans les programmes scolaires l'histoire de "nos ancêtres les Gaulois". De même, l'Allemagne adoptera de la même manière le Germain, l'Italie le Romain...

    Mais cette image d'épinal du Gaulois, et encore plus du druide, est en réalité totalement faussée par son objectif idéologique. Des recheches scientifiques et archéologiques reconnaissent au druide un rôle complexe et riche, beaucoup plus fourni que celui de sorcier local, cueilleur de gui, avide de sacrifices animaux sur l'autel de dieux païens.

    Le druide aurait donc été, non seulement l'organisteur du culte celte, mais aussi un grand notable de la société celte. Il est proche du roi, du chef et le conseille dans toutes ses décisions, il est médecin et possède des connaissances dans de nombreux domaines comme l'astronomie, la philosophie. Parfois guerrier, il est aussi responsable de la transmission du savoir et s'occupe de la justice (un domaine proche du domaine religieux pour l'époque).

    Le druide n'est donc pas le sorcier en tunique blanche à la longue barbe, mais un personnage à la fois religieux et politique, pillier de la société celte antique.

    En savoir plus:
    Wikipédia - Druide
    Suzanne Citron: "Le Mythe National, L'Histoire de France Revisitée"
    François Reynaert: "Nos Ancêtres les Gaulois et Autres Fadaises"

    A consulter:
    Le nouveau numéro de Sorcier du Soir dédié aux druides, par nos amis et confrères d'Obscurus Presse
    Le dernier numéro de ma chronique Page 394

    Par Nimbus
     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :