• Lire notre interview de Marianne Chaillan.

    Lecteur: Est-ce que la lecture de votre livre est accessible dans la mesure où il parle de philosophie ?

    Marianne Chaillan : Bien sûr ! J’ai écrit ce livre avec un double souci. D’une part, j’ai voulu écrire le plus simplement possible pour que ceux qui n’ont jamais fait de philosophie puissent comprendre. Mais d’autre part, j’ai tâché en même temps de ne jamais simplifier afin qu’un lecteur qui connaisse les textes philosophiques y trouve, lui aussi, son compte. C’est le principe même de la pop philosophie : s’adresser au profane en philosophie aussi bien qu’à celui qui la pratique déjà.

     

    Ainsi, en réponse à une autre question qui me demande s’il y a une tranche d’âge à laquelle ce livre s’adresse, je dirai qu’il n’y a pas d’âge pour faire de la philosophie. La seule compétence requise est la curiosité !

     

    Lecteur : Quelqu’un qui n’a pas lu les livres mais seulement regardé les films, peut-il s’y retrouver et comprendre ?

     

    Marianne Chaillan: En écrivant ce livre, il m’a paru impossible de ne pas m’appuyer aussi bien sur les adaptations cinématographiques que sur les livres de J.K Rowling. Bien évidemment, j’ai toujours accordée la primauté aux livres parce qu’ils sont, bien sûr, plus précis et plus riches. Cependant, je me suis aussi appuyée sur les adaptations cinématographiques des ouvrages quand ces dernières apportaient un surcroît d’intelligibilité  ou un éclairage particulier. C’est le cas notamment, dans le premier film, de la scène durant laquelle nos trois héros s’échappent du Filet-au-Diable grâce à la maîtrise de leur esprit.

     

    Lecteur: Si le personnage de Harry était un philosophe, lequel serait-il selon vous ?

     

    M.C.: C’est une question difficile…Le personnage de Harry est présent dans tous les chapitres de mon ouvrage depuis celui sur Platon jusqu’à celui sur Nietzsche en passant par celui sur les Stoïciens ou sur Berkeley. De ce fait, il me ferait peut-être penser au philosophe Montaigne qui, tel une abeille butine parmi les penseurs comme de fleur en fleur, ne gardant de chaque pensée que ce qui lui permet de faire son propre miel philosophique. De même, Harry compose sa sagesse à partir d’enseignements divers.

     

    Lecteur: Quels sont les philosophes que vous avez identifiés dans la saga ?

     

    M.C.: Dans mon livre, je consacre tout d’abord un chapitre à Platon. Dans le second chapitre, je montre les liens entre la saga de J.K. Rowling et certaines thèses stoïciennes. Dans le troisième, relativement à la question de la liberté, j’évoque Aristote puis Sartre. Ensuite, sur la question de la vérité, je présente à nouveau Aristote, puis Berkeley, puis Nietzsche auquel je consacre, par la suite, un chapitre entier. Enfin, je termine la première partie du livre sur la question morale, avec Kant et les utilitaristes.

     

    Recensé comme cela, le livre paraît très ardu mais rassurez-vous : il ne l’est pas ! Chaque pensée, chaque auteur ne sont introduits qu’en relation avec un personnage de notre saga préférée. 

     

    Lecteur: Quel tome présente selon vous le plus de matière philosophique ?

     

    M.C.: Il est difficile de répondre à cette question : chaque volume a une densité philosophique à mon sens. Le premier tome contient plusieurs grands moments philosophiques comme la découverte de la Cape d’invisibilité, l’existence d’un quai 93/4, l’épreuve du Miroir du Rised, la destruction finale de la Pierre philosophale et les premières leçons sur la mort…Mais chaque volume donne lieu à de nouvelles inventions et de nouvelles réflexions…jusqu’à l’alternative finale entre Reliques ou Horcruxes qui masque le choix d’une position existentielle. Peut-être cependant, je dirai que Les Contes de Beedle le Barde sont d’une richesse toute particulière.

     

    Lecteur: Pensez-vous réellement que J. K. Rowling se soit nourrie de références philosophiques c’est-à-dire que la dimension philosophique de ces ouvrages ait été intentionnelle ?

     

    M.C.: C’est une question éternelle ! L’auteur a t-il réellement eu l’intention de dire ce que nous lisons dans son œuvre ? Pour ma part, et dans ce cas particulier, je pense que l’écriture de J. K. Rowling est réellement traversée par des références culturelles. Entre ses études à l’Université d’Exeter et la dure école de sa vie, je ne trouve pas du tout artificiel de vouloir voir dans ses textes une densité philosophique.

     

    Dans une autre question que j’ai reçue, on me demande si la philosophie déployée par la saga manifeste une pensée véritablement nouvelle de la part de J. K. Rowling ou si, au fond, « la narration n’est qu’une occasion de retrouver un panorama de pensée déjà connues ». J’ai, pour ma part, le sentiment que J.K Rowling forge, sur des thèmes bien sûr déjà évoqués,  sinon des concepts du moins des « personnages conceptuels » ou des « objets conceptuels » qui n’appartiennent qu’à elle comme les Reliques de la mort, le Miroir du Rised, la Pensine, Voldemort et Harry Potter lui-même, etc. 

     

    Lecteur: Si la première partie de votre livre fait des liens entre la saga HP et la philosophie, en quoi consiste la seconde ?

     

    M.C.: La première partie recense dans les ouvrages tout ce qui est l’écho ou l’incarnation d’une thèse philosophique. Par exemple, l’épisode de la Cape d’invisibilité m’a semblé être une traduction du mythe de Gygès que l’on rencontre chez Platon.

     

    La seconde partie tente de démontrer que la saga s’offre comme la résolution d’un problème philosophique principal qui est celui de notre rapport à la finitude. Plus simplement : je postule que J.K. Rowling fait œuvre de philosophe elle-même, en posant un problème, en guise de fil conducteur (le rapport à la mort), et en proposant à ce problème une résolution.

     

    Dans une autre question d’ailleurs, on me fait remarquer qu’il y a de nombreux thèmes philosophiques dans la saga indépendamment de la question de la mort. C’est un fait que je n’ignore pas et j’espère les éclairer dans la première partie de mon ouvrage. Mais je pense vraiment – et c’est ce que je tâche de démontrer- que la question de la finitude constitue le cœur même, le fil conducteur de la pensée philosophique que déploie de la saga. 

     

    Lecteur: Est-ce que vous avez lu « Harry Potter, Mythologie et Univers secret » ? En quoi votre livre en diffère t-il ? Autrement dit : si je possède ce livre, n’aurais-je pas l’impression d’une redite en achetant le votre ?

     

    M.C.: Oui bien sûr j’ai lu « Harry Potter, Mythologie et Univers secret » de William Irvin et Gregory Bassham comme j’ai lu énormément de livres parlant de Harry Potter (sa dimension religieuse, son rapport à l’Histoire, études d’un point de vue littéraire, psychanalytiques, etc.).

     

    « Harry Potter, Mythologie et Univers secret » n’est, comme vous devez le savoir, que la traduction d’un ouvrage paru en langue anglaise « The Ultimate Harry Potter and Philosophy » qui est le deuxième volume consacré par les éditions Blackwell à Harry Potter.

     

    J’avais déjà lu le premier volume traduit en français sous le nom de « Harry Potter et la philosophie », puis j’ai lu le second que j’ai acheté à Londres en anglais (malheureusement pas à Fleury et Bott !) durant l’été 2012. 

     

    En vérité, j’étais à la recherche d’un livre qui me monterait ce que je ressentais à savoir que la saga était véritablement une mine de références philosophiques et qu’en outre, elle déployait elle-même sa propre philosophie ! Aussi, ces deux lectures m’ont-elles un peu déçues…En tous cas : ma curiosité n’était pas assouvie…On n’avait pas encore assez montré la richesse philosophique que moi je voyais dans ces livres ! Il y avait beaucoup plus à dire !

     

    Quand j’ai vu qu’il existait en France un ouvrage de réflexion sur Harry Potter intitulé « Harry Potter, Mythologie et Univers secret », je l’ai aussitôt commandé. Une fois reçu, j’ai découvert qu’il s’agissait de la traduction de « The Ultimate Harry Potter » que je venais de lire. Je n’allais rien apprendre de plus.

     

    Il ne me restait qu’une solution : écrire ce livre que je ne parvenais pas à trouver. Ecrire le livre que j’aurais aimé lire. C’est ainsi qu’est né Harry Potter à l’école de la philosophie.

     

    Lecteur: Parlez-vous aussi du livre « Une place à prendre » ? 

     

    M.C.: Oui, j’ai lu Une place à Prendre dès sa sortie et je lui consacre une réflexion dans l’épilogue de mon ouvrage. J’essaie d’en proposer une interprétation qui montre que ceux pour qui le livre est raté n’ont rien compris à sa finalité. En revanche, je n’ai pas pu intégrer L’appel du coucou dont je n’ai appris l’existence qu’après l’envoi du tapuscrit à l’éditeur.

     

    Lecteur: Quel est votre livre préféré de la saga ?

     

    M.C.: Pour ma part, j’ai une préférence pour Le Prince de Sang-Mêlé. D’abord, parce qu’on y pénètre longuement dans la vie de Tom Jedusor (épisodes qui manquent cruellement au film). Ensuite, parce que je n’oublierai jamais mon cri d’effroi lorsque j’ai lu les mots « Avada Kedavra » à la fin du livre (je n’en dis pas plus au cas où certains aient encore à découvrir la saga). Troisièmement, parce qu’Harry et Ginny finissent par se trouver enfin !

     

    Mais le choix que vous me demandez est très difficile car le premier opus est un enchantement du début à la fin… Et le dernier ouvrage, lui aussi, me touche énormément notamment parce qu’il révèle qui était, véritablement, ce sublime personnage qu’est Severus Rogue.  Le chapitre « King’s Cross », en outre, est assez fascinant.

     

    Lecteur: Est-ce que ce livre peut servir d’initiation à la philosophie ?

     

    M.C.:Pourquoi pas ! Comme je l’ai dit, j’ai tâché d’écrire simplement mais sans simplifier. Aussi, j’espère que cet ouvrage peut servir de passerelle et permettre la rencontre avec des auteurs et des problématiques philosophiques.

     

    J’espère même que ce livre permettra à ceux qui pensent que la philosophie est une discipline abstraite et pénible de se rendre compte que ce n’est pas du tout le cas ! Ce que pense la philosophie est très concret (même si elle le pense en termes parfois complexes). 

     

    Lecteur: Pourquoi avez-vous choisi Harry Potter ? Etes-vous en accord avec la philosophie que vous décrivez ? Est-ce une philosophie qui peut servir dans la vie réelle ?

     

    M.C.: J’ai choisi Harry Potter parce que comme vous j’ai été ensorcelée par ces livres magiques et que je ne cesse de m’enchanter en les parcourant. Dans La chambre des secrets, Ron raconte à Harry qu’il existe un livre enchanté qu’on ne peut plus s’arrêter de lire une fois qu’on a mis le nez dedans et qu’on se trouve, dès lors, « condamné à tout faire d’une seule main sans jamais le quitter des yeux ». Je crois que les tomes de Harry Potter possèdent le même pouvoir !

     

    Sans doute aussi ai-je choisi ces livres parce que les questions qu’ils posent et les réponses qu’ils proposent me touchent, en effet, personnellement.

     

    Enfin, que serait la philosophie si elle n’aidait pas à vivre ? Je suis profondément convaincue que la philosophie en général, et celle que je tente à mettre à jour dans la saga en particulier, peut aider à vivre.

     

    Merci à tous et à toutes pour vos questions et votre intérêt pour mon petit livre. J’espère vous croiser, ici ou là, à l’occasion de sa sortie !


    votre commentaire
  • En juillet 2013, Poudlard Mag a eu la chance d'interviewer Marianne Chaillan, auteure du livreHarry Potter à l'Ecole de la Philosophie, en librairies en Janvier 2014 aux Editions EllipsesVous pouvez retrouver toutes les infos du livre sur sa page Facebook.

    Dans son livre, Mariane Chaillan invite le lecteur à décoder le message philosophique de Harry Potter. Au delà d'être une école de magie, il semble que Poudlard soit aussi une école où la philosophie est enseignée... La première partie du livre montre que la saga permet au lecteur de s'initier aux exercices spirituels proposés par d'illustres philosophes, Epictète, Marc-Aurèle, ainsi que de découvrir le monde de Platon ou Berkeley, entre autres.

    La seconde partie du livre propose de chercher à comprendre le problème central de la saga: comment appréhender notre fin certaine, la mort? Marianne Chaillan tente d'expliquer dans son livre que la saga semble être un cheminement vers l'acceptation de la mort. Horcruxes, Reliques de la Mort, Avada Kedavra, la mort est un thème central dans la série et Rowling n'a pas placé par hasard ces éléments. L'auteure de Harry Potter à l'Ecole de la Philosophie nous donne la clé philosophique de Harry Potter.

     

    A son commencement et à son achèvement, la saga s’inscrit dans une confrontation avec la finitude humaine, assumée de façon différente par les personnages. Ainsi, c’est bel et bien la question de la mort qui anime l’œuvre et pour résoudre cette question, deux camps ou deux visions vont s’opposer qui constituent deux propositions, deux attitudes existentielles face à la mort : celle de Tom Jedusor et celle de Harry. L’affrontement entre les deux personnages principaux revêt donc l’affrontement plus symbolique de deux dispositions face à la finitude.

    L'interview:

    Poudlard Mag: A partir de quand vous-êtes vous intéressée à la philosophie? Comment êtes-vous arrivée à vous intéresser à la philosophie?

     

    Marianne Chaillan: Avant même de rencontrer la philosophie en Terminale, je pressentais que cela serait un bouleversement. Je lisais beaucoup, depuis toujours, et la philosophie me semblait être la discipline ultime du cursus littéraire. Je suis donc entrée en Terminale un peu comme si j’étais admise à Poudlard : un univers merveilleux allait s’ouvrir devant moi ! J’avais raison : mon professeur m’a passionnée ! Ce fut un choc alors même que je l’anticipais ! Par la suite, j’ai choisi la spécialité philosophie lorsque j’étais en Khâgne et j’ai poursuivi mes études en philosophie, et toujours avec la même passion émerveillée.

     

    Poudlard Mag: Comment vous est venue l'idée d'analyser le message philosophique de l'oeuvre de Rowling?

     

    Marianne Chaillan: Je n’arrive plus à trouver dans mes souvenirs (j’aurais bien besoin d’une Pensine !) le moment où cette idée m’est venue. 

     

    Je me souviens d’avoir été frappée plusieurs fois par le fait qu’autour de moi, dans une génération qui n’est pas celle de Harry Potter, un grand nombre d’étudiants d’abord, puis de collègues professeurs de philosophie partageaient mon plaisir pour la saga de J.K. Rowling. Aussi ai-je formulé deux hypothèses : ou bien les philosophes s’intéressent à Harry Potter car ils sont restés de grands enfants, ou bien, deuxième explication, Harry Potter a quelque chose à dire qui touche directement l’esprit de celui qui aime la philosophie.

     

    PM: Quand vous est venue l'idée d'écrire un livre sur la philosophie dansHarry Potter?

     

    MC: Cette idée est donc relativement ancienne – il y a peut-être déjà une dizaine d’années. 

     

    Mais c’est ma participation à ce superbe festival de philosophie qu’est laSemaine de la Pop Philosophie en Octobre 2012 qui m’a convaincu de le mener à bien. J’y ai proposé une conférence sur la philosophie dans Harry Potter dans le grand amphithéâtre de la Bibliothèque de L’Alcazar. La salle était comble ! Il y avait une longue file d’attente pour entrer ! Certains auditeurs étaient venus déguisés : c’était véritablement un moment magique.

     

    J’avais à ce moment-là écrit plus de 90 pages sur Harry Potter et je n’ai pu en dévoiler qu’une vingtaine ! J’ai donc poursuivi mon travail, après la conférence, et j’ai achevé le livre que vous découvrirez bientôt. Mon éditeur Ellipses a aussitôt accepté le projet !

     

    PM: Rapidement, quel est le message philosophique principal de l'oeuvre?

     

    MC: Le livre se divise en deux parties :

     

    Dans une première partie, il s’agit de dévoiler la philosophie dans Harry Potter. Nous nous initierons alors, grâce à notre cher sorcier, aux exercices spirituels des écoles antiques (les Stoïciens) ; puis, nous voyagerons dans le monde platonicien. La saga nous confrontera à la question du libre-arbitre (Sartre), et nous interrogera sur ce qu’est le réel (Aristote, Berkeley). Elle nous questionnera, en outre, sur la philosophie nietzschéenne du par-delà bien et mal, et nous posera, enfin, la question du critère de l’agir moral (utilitarisme). 

     

    Dans une deuxième partie, il s’agit cette fois de mettre à jour la philosophie de Harry Potter. Nous découvrirons alors que l’œuvre de J. K. Rowling n’est qu’une grande confrontation avec la question suivante : comment faire devant l’effroyable certitude de la mort ? La lecture de Harry Potter se dévoilera alors comme un cheminement vers l’acceptation d’une finitude qui ne cesse pas pour autant d’être brutale, terrible et douloureuse. 

     

    PM: Avez-vous tout dit dans votre livre, ou reste-t-il encore des choses à analyser?

     

    MC: Je ne peux qu’espérer sinon avoir tout dit (est-il jamais possible de tout dire ? d’épuiser la richesse d’une œuvre ?) du moins n’avoir rien oublié de crucial ! Je me suis beaucoup appliquée : une véritable Hermione Granger au travail ! 

     

     Si ce n’est pas le cas, alors j’espère que je pourrai compléter mon propos dans une deuxième édition ! 

     

    PM: Quand sortira votre livre? Chez quelle édition? A quel prix? Est-il disponible en pré-vente? Avez-vous un site officiel?

     

    MC: La date sera fixée par Ellipses en janvier 2014. 

     

    Mais le livre est déjà disponible en prévente sur de nombreux sites, comme celui de la Fnac ou sur Amazon, au prix de 13 euros.

     

    En attendant, j’invite chacun de vos lecteurs à aimer la page Facebook consacrée au livre où je posterai toutes les nouvelles relatives au livre et à sa promotion.  Par ailleurs, je serai heureuse de pouvoir discuter via cette page avec tous vos lecteurs ! Il vous suffit d’aimer la page et de m’écrire un hibou!

    Harry Potter à l'Ecole de la Philosophie semble être un livre idéal pour tous les fans désireux d'approndir leurs connaissances sur la saga, et pour ceux qui pensent encore que Harry Potter n'est qu'un conte pour enfants.

     

    Nimbus


    votre commentaire
  • Il y a peu, nous avons reçu une copie du livre Harry Potter Places Book One – London and London Side-Along Apparations, premier tome d'une série de cinq livres dont le but est de guider les potterheads à travers l'Angleterre sur les traces de Harry Potter...

    L'auteure, C.D. Miller est devenue une fan de la saga après avoir emprunté le premier tome à sa nièce. L'idée de publier des livres sur les lieux relatifs à Harry Potter lui est venue lorsqu'elle a réalisé qu'aucun site ou livre ne donnait avec précision des informations sur les dizaines lieux Harry Potter de Grande-Bretagne....

    Harry Potter Places est une série de cinq livres répertoriant tous les lieux relatifs à Harry Potter en Grande-Bretagne : ceux mentionnés dans les livres, vu dans les films, lieux de tournage etc... Au total, plus de 68 sites sont classés dans cinq livres. Les livres sont mis en vente en ligne sous le format PDF sur le site de C.D. Miller et sur tout bon site de vente d'e-book. Les deux premiers tomes (Book One - London and London Side-Along Apparations et Book 2 - OWLs : Oxford Wizarding Locations) sont déjà disponibles pour $9,99 chacun, les autres tomes sortiront prochainement. Des extraits de ces deux premiers livres sont à voir gratuitement sur le site de l'auteur. Ils donnent un bon aperçu de la forme que prend ce guide.

    Harry Potter Places, Book 1 - London and London Side-Along Apparations : C.D. Miller nous a envoyé une copie de ce premier livre et voici ce que nous en pensons.

    Un guide très pratique et complet, qui comprend 28 lieux potteriens à Londres et à sa périphérie (dont le WB Studio Tour).
    Chaque lieu est décrit et de nombreuses indications pratiques nous sont données : éventuels prix d'entrée et heure d'ouverture/fermeture, stations de métro et hôtels à proximité, lieu potterien le plus proche, ligne de bus à prendre, le temps qu'une visite peut durer etc... Rien n'est laissé au hasard et tout est fait pour construire son pèlerinage (ou circuit) Harry Potter dans Londres. Souvent des lieux non-potteriens sont mentionnés et leur direction indiquée pour ne rien manquer de Londres. Autre point fort, un système de notation permet de savoir si tel ou tel site est intéressant à visiter.
    Les photos du livre sont prises par Tara Bellers et comparées avec les images du film, pour être sûr de ne rien rater...

    En plus de 300 pages, tout est dit, toutes les indications sont données !

    Conclusion : L'auteure, C.D. Miller a fait pour nous, potterheads, un gros travail de recherche, et de compilation d'informations. Le guide est complet et clair. Bien qu'il soit en anglais, il est plus ou moins accessible pour ceux et celles qui ne maîtrisent pas totalement la langue de Shakespeare.

    Merci à C.D. Miller pour nous avoir envoyé son livre et donné l'occasion d'en parler.

    Pour plus d'infos, allez vite sur le site Harry Potter Places !


    votre commentaire
  • [EXCLUSIVITE] Poudlard Mag a interviewé Lily ZalonLe 23 avril 2011, Poudlard Mag a pu interviewer Lily Zalon, qui est à l'origine du projet Dear Mr. Potter. Pour ce projet, Lily Zalon a demandé aux fans d'écrire une lettre à Harry Potter pour raconter comment ils ont découvert la série et ce que Harry Potter représente pour eux...

    Poudlard Mag (PM): Comment as-tu découvert Harry Potter?
    Lily Zalon (LZ): J'ai lu pour la première fois Harry Potter quand j'avais cinq, en 1999. Mon père avait entendu parler de ces livres par un ami de la famille qui les lisait à sa fille, et il nous a donné les deux premiers livres. Je me souviens que je m'étais vraiment, vraiment ennuyée pendant les deux ou trois premiers chapitres, et dès que Harry est devenu un sorcier, j'ai accroché et ne voulais pas que mon père arrête de lire. Depuis, je suis accroc!


    PM: Qu'est ce que le projet Dear MR. Potter, et comment as-tu trouvé l'idée?
    LZ: Dear MR. Potter est un livre compilant lettres et images de fans du monde entier, qui parlent de la manière dont Harry Potter a influencé leur vie et les a inspiré tout au long de leur vie. Le livre se concentre vraiment sur l'intimité des fans et la manière unique et personnelle dont Harry Potter a affecté leur vie.
    L'idée du projet m'est venue subitement, et je dois admettre, que je ne pensais pas que cela fonctionnerait. mais je l'ai quand même monté, et nous voilà un an plus tard, prêt à vendre des livres! C'est dingue!
     
    PM: Combien de personne ont participé au projet?
    LZ: Près de 3'000 fans ont envoyé leurs textes ou images, mais seulement 400 ont été sélectionnés pour le livre.
     
    PM: Est ce que le livre sera disponible à l'international?
    LZ: Oui!
     
    PM: Où va l'argent récolté?
    LZ: Les bénéfices vont à 100% à Harry Potter Alliance pour l'alphabétisation des jeunes.
     
    PM: D'après toi, dans quelle maison de Poudlard serais-tu envoyée?
    LZ: Je suis à Serdaigle, mais j'ai beaucoup de qualités de Gryffondor et de Serpentard en moi.
     
    Liens utiles: site du projet, achat du livre Dear Mr. Potter.
    Ci-contre la couverture du livre.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique