• J.K. Rowling publie un roman sous pseudonyme: nouveaux éléments

    Grande surprise hier matin, les fans apprenaient que J.K. Rowling avait publié, quelques mois auparavant, un roman policier, sous pseudonyme.

    Aujourd'hui, nous avons de nouveaux éléments concernant notamment la manière dont l'information a été révélée, et les conséquences de l'événement.

    Le New York Times a rapporte des détails intéressant sur le déroulement de la révélation de l'origine du livre "The Cuckoo's Calling" par The Sunday Times. L'affaire a commencé sur Twitter, il y a une semaine, l'un des employés du Sunday Times reçoit en réponse à un tweet dans lequel il dit combien il a aimé ce roman, une réponse anonyme prétendant que ce n'était pas un premier roman et que l'auteur n'était autre que J.K. Rowling. L'employé répond "Comment pouvez-vous en être sûr?", et l'anonyme répond "Je sais, c'est tout". Après quoi, l'individu anonyme supprime tout ses tweets et son compte Twitter. Son identité n'a pas été reconnue.

    Après cette discussion digne d'un film policier, Richard Brooks, chef du service artistique au Sunday Times, fait quelques recherches et découvre que The Cuckoo's Calling, a le même agent, et le même éditeur que The Casual Vacancy. Intrigué par le fait qu'un premier roman puisse avoir la même équipe que le best-seller The Casual Vacancy, Brooks fait appel à des experts en linguistiques, qui trouvent dans les deux romans des similarités. Enfin, Brooks prend contact avec des représentants de J.K. Rowling qui confirment que c'est bien elle qui a rédigé le roman.

    Cette découverte étonnante ne va pas surprendre que Richard Brooks. Telle une onde de choc, la nouvelle va se révéler être une véritable surprise, tant pour les fans, que les libraires et les éditeurs.

    En effet, avant de confier son manuscrit à l'éditeur de The Casual Vacancy (Little, Brown), il semble que Rowling ait voulu tester The Cuckoo's Calling auprès d'autres maisons d'éditions, parmi lesquelles Orion Publishing. Après la révélation de la nouvelle, Kate Mills, de Orion Publishing, déclare sur Twitter

    "Bon, je peux dire maintenant que j'ai refusé J.K. Rowling. J'ai lu et j'ai dit non à The Cuckoo's Calling. Quelqu'un d'autre à se confesser?"

    Elle déclare ensuite en réponse à une question, sur son Twitter:

    "L'écriture était bien, mais j'ai pensé que ça aurait été difficile. Ca l'a été. Jusqu'à maintenant."

    Elle explique que si le roman de J.K. Rowling était bon, le marché du roman policier n'est pas au beau fixe et que la promotion et la vente d'un tel roman n'aurait pas été évidente.

    Le site Hypable rapporte qu'après la révélation de la véritable identité de Robert Galbraith, peudonyme de J.K. Rowling, les ventes de The Cuckoo's Calling ont explosé rendant l'acquisition du roman ardue. Si le roman n'est disponible sur Amazon pas avant plusieurs jours, les librairies auront du mal à répondre à la demande. Les grands lancements de roman font souvent l'objet d'une préparation minutieuse pour être certain qu'aucune librairie ne soit en rupture de stock. Cette fois-ci les libraires devront faire face à un afflux de fans non prévu. Il est néanmoins possible de se procurer le livre en version digitale sur Amazon.

    Concernant la version française du roman, il semble évident qu'après une telle nouvelle, les éditeurs du monde entier se presseront à traduire le livre. Nous vous tiendrons au courant dès que nous en sauront plus sur ce sujet.

    L'affaire de The Cuckoo's Calling n'est pas terminée, et nous apprendrons très certainement de nouvelles informations dans les prochains jours. D'ici là, restez connecté à Poudlard Mag!

    Nimbus

    Mugglenet - Hypable


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :