• C'est sur Twitter, ce vendredi 14 mars, que J.K. Rowling a demandé aux fans de retweeter son propre tweet, en échange de quoi, elle publierait de nouvelles informations sur la Coupe du Monde de Quidditch sur Pottermore. Il s'agit en effet de L'histoire de la Coupe du Monde de Quidditch dont la première partie est déjà en ligne ! La deuxième partie est prévue pour le 21 mars. Cette série serait une des plus longues histoires dévoilées sur le site comptant environ 2 400 mots !

    La première partie nous rappelera les bases et les règles du jeu le plus populaire chez les sorciers et nous fera découvrir le passé historique de cette compétition, tout cela avec quelques anecdotes ! La deuxième partie quant à elle, nous racontera des matchs plus récents et nous dévoilera encore et encore des anecdotes inconnues sur le Quidditch.

    Pour découvrir plus amplement L'histoire de la Coupe du Monde de Quidditch, rendez-vous sur Pottermore.

     

    Source : Huffington post, Deadline.com

    SweetnessA


    votre commentaire
  • C'est sur Twitter qu'Emma Watson a partagé ce nouveau trailer il y a seulement quelques heures ! A l'occasion du début du "Noah Tour", les avant-premières officielles, Emma a voulu encourager les fans à tweeter avec le hashtag "Noah". Rappelons que le film sortira dans les salles françaises le 9 avril et qu'il a été réalisé par Darren Aronofsky, le réalisateur de Black Swan.

    Source : Twitter

    #SweetnessA


    votre commentaire
  • Il y a quelques jours, notre équipe a pu découvrir l'avis de Lynn Shepherd, éditorialiste pour le Huffington Post, à propos de Rowling. Un avis ayant pour titre "Si JK. Rowling aime l'écriture, elle devrait arrêter d'écrire."

    Divisé en trois grandes parties, une pour chacune des oeuvres de Rowling, l'article se voulait direct et Shepherd n'en mâchait pas les mots : maintenant que l'auteur avait connu du succès, il était temps qu'elle se retire, prenne sa retraite littéraire, et laisse la place à d'autres.

    Les réactions ne se sont pas faites attendre : les communautés et forums d'écrivains, un peu partout sur Internet, ont évoqué le sujet, les fans et Potterheads ont répliqué sur Amazon en mettant des commentaires tranchants sur les publications de Shepherd, et Rowling a reçu le soutien d'autres auteurs publiés, tels qu'Anne Rice et Mark Pryor.

    Ce-dernier par exemple, l'implore de "ne pas arrêter d'écrire" car elle a permis à son fils de se découvrir une passion pour la lecture :

    Plus de livres de votre part, signifie plus de lecteurs pour nous, pas moins. Nous ne pouvons pas nous retrouver avec le même nombre de lecteurs que vous. Mais ce n'est pas grave.

    Petite selection de l'article en question, avec en prime les avis et commentaires de notre équipe !

    Shepherd avoue dès le début de sa tribune ne pas connaître Harry Potter : elle n'a ni lu les livres, ni vu les films, et donc annonce ne pouvoir dire si la saga est bonne ou mauvaise. Néanmoins, elle utilise l'oeuvre de Rowling pour lancer sa critique :

    Je pense néanmoins que les adultes lisant ces livres (pour eux-mêmes, non pas pour leurs enfants, ce qui serait un tout autre point) sont une honte, car il y a tellement de livres bien plus excitants pour des esprits adultes. Mais bon, lire n'importe quoi est déjà bien mieux que ne rien lire du tout, n'est-ce pas ?

    Apparemment son propre manque de connaissance de l'oeuvre l'empêche de voir le développement de l'écriture de Rowling :

    May_ThisBe : De nombreuses critiques sont d'accord pour dire que la saga, écrite pour les enfants lors du premier tome, a ensuite progressé et évolué vers le public adulte, suivant de cette manière l'audience qui a grandi.

    Mais loin d'avoir terminé, Shepherd continue avec Une Place A Prendre

    Ce n'est pas seulement le battage médiatique tristement excessif, ou le fait que l'histoire n'était en rien un chef d'oeuvre mais s'est quand même vendue en des milliers d'exemplaires, c'est davantage la façon dont il a éclipsé les autres oeuvres. Ce livre a aspiré l'oxygène de l'édition et toute l'atmosphère de la lecture. [..] Publier un livre, dans le meilleur des cas, reste assez difficile , mais que peut faire un auteur ordinaire devant un tel Golgomath ?

    Pour elle, il est dès lors clair que le monopole Rowling est dérangeant. Ce qui a néanmoins le plus marqué, ce fut le manque de connaissance de Shepherd du milieu éditorial. Comme le souligne l'article de Actualitté, bien que les étagères des librairies soient pleines de livres, la vente en ligne existe. Si les libraires préférent mettre en avant une oeuvre leur assurant des revenus, un livre qui ne marche pas est principalement un livre qui n'a pas su trouver son public. Ou un public qui n'a pas su trouver le livre.

    Mais dès lors, nombre d'auteurs pour "jeunes adultes" ont fleuri ces dernières années, comme le soulignent différents membres de notre équipe :

    Jo : JK. Rowling est entrée dans le monde de l'écriture quand déjà de très célèbres écrivains faisaient paraître leurs oeuvres, et elle a pourtant réussi à s'imposer. Et à cette époque-là elle n'avait aucune notoriété.

    Nimbus : Shepherd semble oublier que Rowling a impulsé avec Harry Potter l'émergence d'une littérature jeunesse renouvelée, Eragon, Twilight (et tous les livres de vampires) ou encore The Hunger Games (et autres romans "jeunes adultes", tel que Divergent).

    Et il est utile de souligner qu'un auteur connu dans une maison d'édition, permettra à celle-ci de publier de plus petits auteurs sans risque de perte d'argent : Bloomsbury, qui publiait Rowling, a de cette façon développé sa structure de façon non-négligeable.

    Pour poursuivre son attaque, Shepherd se concentre tout naturellement sur L'Appel du Coucou. Bien sûr, elle souligne que Rowling n'aurait pu dissimuler son identité pour toujours, chose acquise et comprise de tous. Mais d'un autre côté, elle semble par la même la condamner de s'être faite découvrir :

    Son garçon peut recourir à une cape d'invisibilité, mais dans le monde réel, cela n'existe tout simplement pas. [..] Ce livre prétendument bien écrit et bien reçu par la critique et le lectorat, qui n'avait pas vendu plus de 1500 exemplaires, a soudain atteint les limites de la stratosphère.

    Là encore, la rédaction a réagit :

    Jo : Certes L'Appel du Coucou n'aurait sûrement pas eu le succès qu'il a aujourd'hui sans la révélation par les médias de la véritable identité de Robert Galbraith, et on peut effectivement penser que cette médiatisation puisse éclipser certains auteurs. Néanmoins de nombreuses oeuvres sont découvertes jours après jours, et ce malgré les phénomènes littéraires constamment dans les journaux, car il y a des personnes qui s'intéressent également à des choses non-médiatisées, et ce sont elles qui feront passer un livre de l'ombre à la lumière. Comme Harry Potter vingt ans plus tôt.

    BlondiexBlack : Ce n'est pas de la faute de Rowling si son secret n'a pas été conservé, ça l'a beaucoup affectée sur le moment, donc le coup est un peu facile. Elle a d'ailleurs attaqué en justice les responsables de la fuite.

    Scarfy : Donc ça va être de la faute de JK. Rowling si son vrai nom a filtré ? Elle dit que L'Appel du Coucou ne s'est vendu qu'à quelques exemplaires alors que beaucoup disaient que même avant qu'on ne connaisse son nom, il avait eu du succès.

    Nimbus : Shepherd accuse à tort Rowling d'être la seule responsable de sa situation.
     
    May_ThisBe : Je lui accorde ce point : L'Appel du Coucou avait connu un succès raisonnable avant la révélation sur Rowling, mais à petite échelle, et bien loin du phénomène de Harry Potter. Que Rowling en soit l'auteur a surtout permis de prouver, si cela était encore nécessaire, à quel point elle est soutenue et aimée de ses fans.

    Shepherd conclut avec une demande assez surréaliste à l'attention de l'auteur à succès : qu'elle arrête d'écrire pour les adultes. En effet, que Rowling publie des livres pour enfants ou écrive pour son propre plaisir, elle serait prête à l'accepter. Mais elle trouve qu'elle a largement eu son tour sur le marché littéraire :

    Profitez bien de votre immense fortune, et du bien que vous faites avec elle. Prélassez-vous dans l'amour de vos légions de fans, et bonne chance à vous, pour vos deux comptes. Mais il est temps de laisser la place à d'autres écrivains, d'autres écritures, une place pour respirer.

    La conclusion semble amère, dure, radicale. Anne Rice qualifie la tribune de "vicieuse, cynique, pleine de ressentiment et bien laide" :

    C'est épouvantable. Je n'ai jamais rien vu d'aussi malveillant dirigé vers un acteur, un peintre, un danseur de ballet, une chanteuse d'opéra, un réalisateur. Non, c'est le genre de petite critique condescendante rancunière, qui est, pour je ne sais quelle raison, réservée à notre monde d'écrivains. Et cela a été écrit par quelqu'un qui est écrivain et se rend doublement mauvais et choquant.

    Anne Rice, qui a remis au goût du jour les vampires dans les années 1990 avec ses Chroniques des Vampires, apporte ainsi son soutien à l'auteur. Son avis vient également recouper certains commentaires de notre équipe :

    Jo : La dernière phrase de l'article est pour moi l'une des plus choquantes. Pourquoi Rowling devrait arrêter d'écrire pour "laisser la place à d'autres écrivains, d'autres écritures" ? Dans ce cas-là, pourquoi ne dirions-nous pas aux acteurs en tête d'afffiche de nombreux films avec une carrière époustouflante derrière eux de se retirer du grand écran pour encore une fois "laisser la place à d'autres" ?

    Nimbus : Clairement, Shepherd connaît mal Rowling. En somme, l'éditorialiste s'affiche dans son article comme une auteur frustrée de ne pas connaître le renommée qu'elle pense mériter. Nous attendons donc son article qui demandera à Eminem d'arrêter le rap, Brad Pitt de jouer des rôles, et Spielberg de tourner des films.

    D'autres s'enchantent également de voir le soutien que Rowling reçoit de manière aussi spontanée et sans avoir eu nul besoin de réagir elle-même :

    BlondiexBlack : C'est agréable de voir qu'elle a recu le soutien d'une autre grande auteur comme Anne Rice, ça montre que ce qui vient d'être fait de la part de Shepherd, son ressenti envers Rowling est un incident isolé. Et finalement, Anne Rice, en dix lignes, dépeint plus facilement et plus clairement les problèmes et difficultés du monde de l'édition que Shepherd dans sa colonne.

    Bien que Shepherd tente de se protéger en annonçant au début de son article qu'elle n'est en rien envieuse, son texte laisse penser le contraire et la discrédite aux yeux de la communauté littéraire et du lectorat qu'elle semble tant chercher à conquérir en évinçant une rivale.

    Ci-après et pour ceux le désirant, la tribune complète peut être retrouvée à ce lien, en anglais, ainsi que la réponse d'Anne Rice et la lettre ouverte de Mark Pryor.

    Sources : Actualitté (bis).

    Avis de Nimbus, BlondiexBlack, Scarfy, Jo &  May_ThisBe.
    Rédigé par May_ThisBe.


    votre commentaire
  • ABC l'a annoncé lundi matin, Emma Watson fera partie de la pléthore d'acteurs qui présenteront la 86ème cérémonie des Oscars, ce 02 mars à Los Angeles.

    On la retrouvera donc parmi Jim Carrey, Glenn Close, Benedict Cumberbatch, Robert de Niro, Zac Efron, Angelina Jolie, John Travolta, Will Smith, Naomi Watts et bien d'autres (liste complète ici).

    A noter que le producteur David Heyman et le réalisateur Alfonso Cuaron sont nommés pour le film "Gravity" (déjà multi-recompensé).

    Vous pourrez retrouver Emma à l'écran dans le film "Noé" qui sortira le 09 avril.

    Source : Snitchseeker

    Billi the Kid


    votre commentaire
  • Nous vous en avions parlé en décembre, Daniel Radcliffe et Rupert Grint étaient nommés aux What's on Stage Awards 2014, respectivement dans les catégories "Meilleur acteur" et "Révélation de l'année-scène de Londres", prix qui récompensent les performances au théâtre (les votes provenant du public).  

    Les deux acteurs se sont donc vus remettre un prix à la cérémonie de remise qui s'est déroulée hier à Londres pour leur performances scéniques dans The Cripple of Inishmaan (Radcliffe) et Mojo (Grint). 

    Avec 30,7 % des voix, Radcliffe l'a emporté sur James McAvoy et Ben Wishaw. Grint, quant à lui, a conquis plus de 50 % des votants.   

    Ci-dessous, les deux acteurs posant avec leur prix pour les photographes :

     

    Source : Mugglenet 

    Plus de photos de l'événement sur le site de Dailymail

    Billi the Kid


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique